Origine
Créé en 1910, le 61° Régiment d'Artillerie a pour première garnison Verdun. Il la quitte en 1914 et participe au prix de pertes sérieuses (515 hommes) à toutes les grandes batailles qui se sont déroulées sur le sol national de la mer du Nord à la Lorraine. En 1914, les soldats allemands ont surnommé les artilleurs du 61 les « Diables Noirs » à cause de leur courage, de la couleur de leur uniforme et de la poudre à canon qui leur noircissait le visage.

L'étendard porte dans ses plis les faits d'arme du régiment : Saint-Gond, 1914, l'Yser 1914, Argonne 1915, Verdun 1916-1917, la Somme 1916, Montdidier 1918.

Historique des campagnes,
batailles
garnisons du 61e RA

14/18
Le 22 août 1914, le régiment reçoit le baptême du feu à Pierrepont. Ses capacités manœuvrières le font déjà remarquer des Allemands qui surnomment ses hommes "les Diables Noirs".
De septembre 1914 à août 1918, le 61e participe à de nombreux combats dans la région de Verdun, notamment dans les marais de St Gond, en Argonne, au Mort-Homme sur la Somme et à Montdidier. Le courage, la détermination et l'efficacité des "Diables Noirs" lui valent plusieurs citations :

- 6 à l'ordre de l'armée
- 2 à l'ordre du corps d'armée
- 1 à l'ordre de la division.

Le 21 juin 1921, le Régiment reçoit la Fourragère rouge aux couleurs du ruban de la Légion d'honneur.
C'est le seul régiment d'artillerie à avoir cet honneur... d'où son nom de Premier de la fourragère.

39/45
Engagé en 1939 avec la 42° division d'infanterie, le 61° se bat sur l'Aisne et la Marne. Son courage lui vaut d'être à nouveau cité à l'ordre de l'armée.

Après guerre

En 1947 alors en garnison à Belfort, au Quartier Bougenel, il devient régiment d'artillerie anti-aérienne.

Jean-François  Bougenel, né à Paris, le 16 mai 1786, général français.
Il servit, dès l'âge de 14 ans, sur les vaisseaux de l'État, en qualité de novice; plus tard il entra à l'école de Fontainebleau, où il fut d'abord élève, et d'où il sortit, en 1806, sous-lieutenant au 19° chasseurs à cheval; il fut en outre attaché au prince de Neufchâfel, en qualité d'officier d'ordonnance, et fit toutes les campagnes jusqu'au 13 septembre 1813, date à laquelle il fut fait prisonnier à Borra, en Saxe.
J.F. Bougenel conquit sur les champs de bataille les grades de capitaine et de chef d'escadron, et la croix de la Légion d'honneur.
Rentré en France en 1814, il fut mis en non-activité, reprit du service pendant les Cent-Jours, fit là campagne avec le 10e chasseurs, ou à l'état-major de la cavalerie; il passa en 1816 dans les chasseurs de l'Isère et fut promu au grade de lieutenant-colonel du 6e chasseurs en 1827.
Après la Révolution de 1830, J.F. Bougenel fut nommé colonel du 6e lanciers, et le 24 août 1838, maréchal de camp, chargé du commandement de la subdivision militaire de Givet.
Le général Bougenel, chevalier de Saint-Louis, en 1822, est aussi commandeur de la Légion d'honneur, fut nommé général de division, le 28 décembre 1846. Il commanda par la suite la 4e division militaire et fit partie du comité de cavalerie.


Algérie  1/61° RAA
En Algérie, de 1955 à 1962, le 61e RAA, en unité constituée (1er bataillon de marche ou 1er Groupe de marche du 61e RAA) accomplit la plupart de ses missions dans la région de Port-Gueydon en Grande Kabylie. Ou ses différentes bases sont :

Port-Gueydon
Tiffrit
Les Agrib
Ighil Mahni
Ferme Tardieu
Ferme Berger Vachon
Ferme Spilman
Tidmimine
Etc…..

L'escadron est chargé de la pacification d'un quartier de 400 Km2, situé à l'Est de la « Zone Est Algéroise ». Une dorsale montagneuse le borde au Sud : point culminant TAMGOUT 1278 mètres, a 7 km Sud de PORT-GUEYDON. De l'Est à l'Ouest, le terrain est profondément cloisonne, par des oueds coulant sensiblement Sud-Nord, presque au niveau de la mer. Leurs nombreux affluents découpent et ravinent de multiples mouvements de terrain qui constituent autant d'obstacles a une progression rapide. Enfin, au Nord, s'étend la face maritime du quartier avec, à l'Ouest de PORT-GUEYDON une mince bande littorale de terres cultivables. Deux voies de pénétration : la RD 1 sud-nord dominée sur tout son parcours et la RN 24 longeant le littoral.

Le quadrillage, dans l'essentiel, est constitué par les quatre postes des batteries chaque sous-quartier a donc une superficie de 100 Km2 à contrôler. Le terrain est couvert de lentisques et de bruyères; le franchissement de chaque mouvement oblige a gravir un important dénivelé, où le déploiement des unités est très malaisé.

Les batteries sortent de jour et de nuit mais ne peuvent étant donnés les moyens assurer une action de présence soutenue et simultanée dans les différents villages dont elles ont la charge. Ces villages sont au nombre de 92, quasiment tous positionnés sur des pitons et où de jour comme de nuit il est pratiquement impossible d'y accéder sans avoir été signalé.


Selon les journaux de marche établis par l'autorité militaire, de fin 1955 à mai 1962, période de son séjour en Algérie, le 1er Groupe de marche du 61°e RAA (1/61e RAA) est classé unité combattante :

  • du 10 décembre 1955 au 8 janvier 1956
  • du 29 février 1956 au 1 avril 1956
  • du 1 juin 1956 au 17 août 1958
  • du 6 septembre 1958 au 2 octobre 1961
  • du 13 octobre 1961 au 3 janvier 1962
  • du 6 mars 1962 au 12 avril 1962

L'Unité a perdu, en Algérie, 86 hommes dont 76 tués au combat

En 1962, il s'installe à Saint Avold ou il est équipé d'automoteurs blindés, devenant régiment d'artillerie de brigade, en 1963. Régiment d'appui de la 1re DB, il tient garnison à Morhange en 1977, puis à Trèves (RFA) en 1992. 1999 représente une période déterminante pour le régiment qui s'installe à Chaumont-Semoutiers. Où il fait l'objet d'une réorganisation majeure.

En même temps que son retour sur le territoire national, il abandonne ses canons de 155 mm et reçoit une nouvelle mission, celle d'assurer, seul, le renseignement d'origine image, au sein de la Brigade de renseignement. Équipé de drônes CL 289 et Crécerelle, il participe aux opérations dans les Balkans.

Les Diables noirs du 61e régiment d'artillerie sont aujourd'hui présents sur tous les théâtres d'opération et depuis 1999, de façon permanente, en Bosnie et au Kosovo.


Il existe une amicale DES ANCIENS du 1/61° raa
ELLE se réuni, 2 fois par an, sur 2 JOURS
dans lE DOUBS ou le JURA 

Pour la contacter